jeudi 13 juillet 2017

Vingt heures A Vintimille!



Vingt heures
A Vintimille…

Dans l’assiette rose

Gâteau, gâteau  au pavot noir
Au noir, si noir qu’il en luit bleuté
-Maudit corbeau d’Apollon
Tu laisses tomber tes plumes-
A la cuillère…

Et de la crème
De la crème Chantilly
Au Limoncello
Qui se bat avec …

Et  un Concerto
De Von Weber
Au loin
Opus 26
Précisément
Clarinette zèbre
Clarinette  mélancolique
Clarinette triste
Au triste soleil déclinant…


Vingt heures
A Vintimille!

mercredi 12 juillet 2017

Régresse !






Place d’Italie

Au gré du  vent de Juin
Dans mon cœur
Les clochettes violettes

Dans mon âme
Les paulownias en fleur

Une jolie musique

Poète
Normand
Ne tergiverse pas 
Dans ta voiture
Comme eux

Régresse !

lundi 10 juillet 2017

Pascal



Regardez mon Père,  regardez ce que j’ai imaginé hier.

L’enfant éveillé  sort le plan détaillé d’une machine complexe.

Là,  la bougie servant de projecteur, ici les images animées défilant par ce mécanisme, avec le mouvement l’on peut les faire bouger une à une.

Le père hoche dubitatif la tête.

Mon invention est pratique.

L’enfant est enthousiaste.

Et puis rien de pire pour le Chrétien que l’ennui  quand l’on y songe!

L’enfant bat des mains content.

Avec un peu de passion, l’on oublie que l’on est mortel et  pécheur.

Dans le divertissement,  l’on passe ainsi mieux sa destinée ici-bas  que dans le trouble de l’âme

Et ces dessins animés ne peuvent que mener vers le Bien. Une vie du Christ avec ces images animées, ce serait édifiant.

L’enfant abat sa dernière carte.

Et cette invention peut rapporter beaucoup !

Le père ne dit rien, hausse la tête  et  déchire le plan de l’appareil magique.

L’enfant git à terre doublement giflé.


« Ainsi l’homme est si malheureux qu’il s’ennuierait même sans aucune cause d’ennui par l’état propre de sa complexion. Et il est si vain qu’étant plein de mille causes essentielles d’ennui, la moindre chose comme un billard et une balle qu’il pousse suffisent pour le divertir. »


Soupire toujours Pascal.

vendredi 7 juillet 2017

Nicolas MALEBRANCHE



Agis
Ne te retiens pas
Mon enfant
Pleure
Pour mieux lutter
Sois un homme
Agis
Pleure
Mon enfant
Nourris-toi de tes larmes
Aspire
A un monde meilleur
Agis
Pleure
Mon enfant
Efface-toi
Dans la Beauté
De tes chagrins
Profite de l’occasion
Pleure
N’aie pas honte
Sois un homme
Donne
Pleure
Comme le Christ
Adonne-toi
Mon enfant
Aux larmes
N’en aie jamais honte
C’est une loi éternelle
Pour Adam et Eve
De pleurer
Dieu nous a condamnés à cela
Ne te retiens pas
Ne te retiens jamais
Pleure
Mon enfant…

Ainsi 
Dans une église
Réprimandait 
Un père  
Son fils
Qui se retenait
Trop fier
De pleurer
A l’Offertoire
Trop métaphysicien
Son nom ?

Nicolas MALEBRANCHE 

mercredi 5 juillet 2017

L’aube se lève Orange sanguine..




Ses admirateurs
Et amoureuses
A ses pieds
Sa tête
Aux boucles
Noir Gange
Répandues
Dans les narcisses
Albes
Et le jasmin
Rose
Allongé
Langoureusement
Le dieu bleu
Paresseusement
Soulève la conque nacrée
Et souffle dans le coquillage bleuté…

La conque frémit…

 Au loin
Dans la campagne brumeuse
L’aube se lève
Les nuages velours se dispersent


L’aube se lève

Orange sanguine..

La conque frémit…

La ville assiégée
Ce soir
Ne  sera plus que
Cendres
Tout sera Mort et Désolation 
Fini les illusions


L’aube se lève

Orange sanguine..



La conque frémit et tremble
Et butte sur ses dents blanches 

Du sang jaillit de ses lèvres roses 
Et empourpre la conque candide 

L'assistance en frémit



Krishna rit



L’aube se lève

Orange sanguine..

lundi 3 juillet 2017

Toujours Soljenitsyne



 Peu m’importe
 Les cerisiers d’été
Et leur terre pourpre
Pourrie
Au soleil sanguinaire
De Juillet…


Moi
Toujours
Je préfère  

Les bouleaux 

Toujours

Élancés
Toujours
Élancés
Dans la brume du matin 

Toujours

Enneigés

Candides
Cosaques
Aux bottes
Argentées

A la lumière de l’automne

Toujours

Dorés
Toujours
Dorés

A la lumière de l’automne

Toujours


Candides
Cosaques
Aux bottes
Argentées

Toujours
Argentés
 Du Printemps
Toujours


Candides
Cosaques
Aux bottes
Argentées

Toujours

S’exclame
En s’émerveillant
A son maitre d’école
Ours
A la mine renfrognée
Au bâton collé sur la carte de l' URSS
Encore plus
L’écolier


Toujours

Soljenitsyne !