lundi 30 novembre 2015

Charlie Mon épouvantail

O


N’ayez pas peur de lui
Il est débonnaire bonhomme
N’ayez pas peur de lui
Il est bonhomme de paille

Et dans ses yeux de maïs 
Pacifiques
Picorent
Les oiseaux
Et sur sa pipe
Vieillotte 
Jonglent les oiseaux
 Et sur son nez carotte
Piaillent les oiseaux.....

O

N’ayez pas peur de lui
Il est gentil
N’ayez pas peur de lui
Il est gentil garçon

Et il danse au gré du vent
Qui le soulève puis le retourne
Et il  pleure  en hiver
Et il grince
Sous la bise
Et il se radoucit  au printemps
Et il frémit 
Sous le zéphyr 
Et il chauffe  en été  
Et il bout sous sa paille
Sous la canicule
Et il rit en automne
Et il rit
Saoul de tout
Au gré du vent et des feuilles qui volent…

O


N’ayez pas peur de lui
Il est doux et roux
N’ayez pas peur de lui
Il est  roux et doux
Et il veille aux jeux des enfants
Et il veille aux travaux des champs
Et sous son ombre douce
S’embrassent les amoureux
Et sous son ombre rousse
Vivent les gens....


 
Il ne fait peur qu’aux méchants
Cet épouvantail
Ayez peur de lui
Méchants
Ayez peur de lui
Vilains
Il ne fait peur qu’aux méchants
Cet épouvantail
Qu'à ceux qui cherchent la bagarre...


Mais moi
Poète
Je l’aime bien
A la fin
Mon épouvantail
Il me distraie
C'est un copain
Le temps d’un poème
Et sa couronne argentée je la ramasse
Quand elle tombe
Au gré du vent qui vole dans ses cheveux

Charlie


 Mon épouvantail !

vendredi 27 novembre 2015

Marrons, marrons, marrons..



Marrons, marrons, marrons
Marrons chauds
 Dans ma main

 Marrons, marrons, marrons
Marrons chauds
 Dans le froid 

Marrons, marrons, marrons
Marrons chauds
Dans la neige

Marrons, marrons, marrons
Marrons chauds
Dans le papier journal

Marrons, marrons, marrons
Marrons chauds
Dans ma main…

Marrons, marron, marrons
Marrons glacés
Dans ma main

Marrons, marrons, marrons
Marrons glacés
Devant le feu

Marrons, marrons, marrons
Marrons glacés
Devant le sapin de NOËL

Marrons, marrons, marrons
Marrons glacés
A l’enfant Dieu

Marrons, marrons, marrons
Marrons glacés
Dans ma main…

La vie, la vie, la vie...

Lumière du Nord

 Soleil du Sud

 Aube de L' Est

 Mort de L' Ouest


Je peins, je peins, je peins

 La vie, la vie, la vie...

jeudi 26 novembre 2015

Safe in the Arms of Jesus !



L’enfant
Ce midi
Se tenait
Dans les bras
Du père
Tout confiant
Tout sage
 Dans les bras

De son père

Et ne bougeait plus !

L’enfant se tenait
Dans les bras
De son père
Et dormait
Tout confiant
Tout sage
Et dormait tout paisible

Dans les bras
Du père

Tout sage
Tout confiant 
Et je contemplais
Ravi
Ce spectacle !

L’enfant se tenait
Dans les bras du père
Et
Parfois
S’éveillait
Et faisait
Des bulles
De lait
Qui explosaient
Bulles d’air
Tout confiant
Tout sage 

 Dans les bras
De son père
Et j’hésitais
A ne pas en rire !

L’enfant se tenait
Dans les bras du père
Et remuait sa lourde tète
Et s’étirait
Et allongeait
Ses jambes
Et étirait
Ses mains
Vers le soleil
Ou les cygnes
Du lac
Dans les bras de son père
Il bougeait tant
Qu’il a été remis à terre
 Des bras
De son père
Et je pensais
A cet air de 1868
Mis sur la Tombe de Réginald
En les voyant
Rentrer à la maison
Et je chantonnais
En pleurant
Sur ce poème
Maudit Apollon

Safe in the Arms of Jesus !

mercredi 25 novembre 2015

Mon frère Je t’ai tant haï Tant Mon frère…


Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

Et
Aujourd’hui
Je le reconnais
Devant
Mes petits frères
J’ai eu tort
Aujourd’hui
Je le confesse
J’en fais pénitence
Pardon
Mon frère…

Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

Maintenant
Je t’aime
Maintenant
Autant  que Frère loup
Ou Sœur Mort
Mon frère
Toi
Que j’ai mortifié
Et maltraité
Et mortifié
Et torturé

Pardon
Mon frère
Pardon



Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…


Pardon
Mon frère
Toi qui bois avec moi
 Toi qui vis de moi
Toi qui m’enveloppes
Toi qui  me protèges
Pardon….

Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

En te tuant
J'ai tué mon âme 
Je me suis trompé
Mon Frère
Et j’ai été orgueilleux
Et je suis allé trop loin
Mon frère



Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

Et
Aujourd’hui
Je le reconnais
Devant
Vous
Mes petits frères
 Le diable m'a trompé
Aujourd’hui
Je le confesse
J’en fais pénitence
Pardon
Mon frère…

Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

Maintenant
Je me repens 
Mon frère
Toi
Que je vais retrouver
Près de Dieu
Ne sois pas trop Sévère
Dans tes réquisitoires
A mon Jugement Dernier 
J'ai été faible
Pardon
Mon frère



Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…


Pardon
Mon frère

Pardon….

Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

En te tuant
Je me suis tué
Mon Frère
Et j’ai été orgueilleux
Et je suis allé trop loin
Mon frère
Ne faites pas comme moi
Mes petits frères
Traitez-le en ami
Non en ennemi
Dieu se cache parfois
Aussi
Dans le Mal
Mon frère
Pardon…




Mon frère
Je  t’ai tant haï
 Tant
Mon frère…

Adieu


Mon frère âne
Mon frère Corps !

 -------------------------------------------------------------------

Ainsi chantait Saint François d'Assise le jour de sa mort...

mardi 24 novembre 2015

bourgeons!

Novembre

 Feuilles mortes

Brouillard et nuit longue

 Et lune rouge et soleil éteint

Et au vent du Nord vie, bourgeons!

vendredi 20 novembre 2015

Les Frères Karamazov…



Dans le petit village
Russe
Pimpant de rouge et de jaune
Ce dimanche de Pâques
Les prisonniers
Sont arrivés ce matin
Et les villageois
Leur apportent
Des œufs multicolores
Du pain, du sel et du lait
Et les enfants
Les entourent
Et lancent leurs chapeaux
en criant
Hourra 
Et le maire
Accueille le capitaine
Et le pope les bénit
Et même les plus récalcitrants
Se signent
Et le convoi
S’arrête
C’est le dégel
C’est le printemps
La fonte des neiges
Le sol devient meuble
Et les gardiens chantonnent
Et se laissent aller
A un petit somme…
Tout est tranquille
Sous le soleil de midi
Une petite pause…

Seuls
Quatre enfants se chamaillent
Depuis tout à l'heure
Se disputent
Se bagarrent
Se battent
Et troublent
L’ordre !

Bah dit l’un des villageois
Encore les enfants Karamazov !
Au regard  interrogatif d' un prisonnier 
Toujours à se chamailler
Les mauvais  drôles 
Et à lutter
Ils sont insupportables
Ivan, Alexis, Dimitri et Nikolaï 
Je plains leur pauvre père...

Et le prisonnier prend un crayon
Et note leur nom 
Et rêve déjà 


Les Frères Karamazov…

Ami maître Ne m'oublie pas !

A Paris j'adorais visiter le cimetière animalier d'Asnières...un lieu très émouvant.

 Beaucoup de chats tout chauds de soleil y dormaient sur les tombes toutes froides .

 Fantômes trop vivants

Ils ronronnent toujours insensibles


Ami maître



Ne m'oublie pas !

mardi 17 novembre 2015

Atreyu Lecteur !

Dans mes poésies

Apollon ouvre parfois ma porte ....



 Dans ma poésie

Apollon ferme parfois ma porte ....



  Alors

Faufile- toi

A temps

A travers mes portes
 

Qui battent au vent de l'inspiration

Ne te pétrifie pas

Atreyu  Lecteur !

lundi 16 novembre 2015

Le jardinier a de la fierté !



Le jardinier n’a pas pris garde

Le  liseron blanc
Le beau liseron blanc
Le liseron blanc a tout envahi

Et le nénuphar à fleur rose
Et même le beau nénuphar  à fleur rose se meurt
Étouffé...

Et le jardinier se lamente
Et le jardinier se lamente de plus bel

Cauchemar….


Mais  aujourd’hui
C’est décidé
Le jardinier prend sa bêche rouillée
Le jardinier  prend sa bêche rouillée de toujours  
Et il arrache tout

Tout pour le liseron !

Et le feu vorace  lèche
Et le feu   vorace lèche tou...

Ce soir

Le jardinier pleure ses beaux liserons 

Ses beaux liserons blancs

Perdus

Mais il dira que c’est la cendre
Mais il dira que c’est la méchante cendre grise

Qui en est la cause...

Le jardinier a de la fierté !

vendredi 13 novembre 2015

La poésie est parfois si triviale !



Une barque frêle
Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

Tout distrait ce matin
Le jeune Harold
Tout distrait ce matin
Dans le parc

Et il lit
Les notes de musique
L’air transmis
Par une jeune fille de 15 ans
De ses connaissances
Lentement
Puis
De plus en plus rapidement
Une berceuse
A première vue…

Une barque frêle
Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….
….

Le jeune Harold
Peut en faire
Une valse
Ou un air à la mode
Qui le rendra célèbre
Ou ne rien en faire
Resté méconnu… Destinée !

Une barque frêle
Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

Décidément l’inspiration
Ne vient pas
Et le jeune Harold pleure
Ce ne sera pas aujourd'hui !
Et la nurse secoue
Maintenant
Un biberon chaud
Et chuchote
Chut Charlie
Et chantonne
Et le jeune homme
Sur la barque s’est endormi
Et le ciel se charge de larges nuages gris…


Une barque frêle
Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

La pluie a tout dispersé
Et le jeune Harold se  réfugie
Sous les arbres
Les rafales de pluie
Balaient
Tout

Adieu
Barque
Adieu
Couple d’amoureux
Adieu
 Lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Adieu
Nurse
Berçant
Un enfant
Adieu  oiseaux
Filant
Adieu
Vent du sud
Adieu
Belle journée….

Le jeune Harold
Étend
Ses vêtements
Mouillés sur la chaise
Près de la cheminée

Et il repense à la journée

Une idée vague
Puis de plus en plus en précise
Des images qui se collent à la musique...

Charlie...


Une barque frêle
Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

Et  enfin les morceaux du puzzle se mirent en place…

Une barque frêle
Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

Merci mon Dieu !
Le jeune Harold a trouvé
Eurêka !
Et il se met à composer
Et il se met à écrire
Sur cet air
Et il mène sa barque
Pendant la nuit
Le jeune Harold
A destination…


Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

A l'aube
Le jeune Harold
Lit les paroles définitives 
De  son Skye Boat song
Et il est certain
Sa chanson sera célèbre
Peut-être
Plus que son auteur
Mais tant pis
Il a réalisé son chef-d’œuvre
Ouf !

 

Un couple d’amoureux
Un lac
Aux reflets verts
Ou bleus
Une nurse
Berçant
Un enfant
Des oiseaux
Filant
Un vent du sud
Une belle journée….

Le jeune Harold secoue la tête
S'ils savaient la genèse de mon poème...
Le jeune homme rit

La poésie est parfois si triviale !

jeudi 12 novembre 2015

SECONDE

Mille et mille et mille livres

Ne vaudront jamais

Une seule


Mais une seule



 .....  

 Seconde

Seconde de vie !

mardi 10 novembre 2015

Richelieu !



Ça y est
La porte est fermée
La porte des appartements privés
Est close
Et le prélat peut enfin s’asseoir
Et sur le fauteuil dodu
Souffler un peu
Et attendre leur venue de ses amis…


Il connaît chacun
De ses préférés
Il connaît chacune de leurs démarches
Souples
Il connaît chacun de ses courtisans
Affamés
Il connaît chacune de leurs griffes
Acérées
Pires que celles du Roi
Il connaît chacun de  leurs ronronnements
Toujours la note 
Toujours la même note
La
Il connaît chacune de leurs extases
Près de Dieu
Il connaît chacun de leurs chagrins
Quand il les quitte
A l’aube
Le matin…

L’homme le plus puissant de France
Après le Roy
Est esclave
D’eux
De ses éminences grises
De ses amis
De ceux qui le consolaient
Ou le réjouissaient
Ou le peinaient
Enfant
De ses frères
En attrape-souris
De ses quatorze chats
Protecteurs….

Difficile
Quand même
De ne pas l’aimer ainsi
Les attendant
Dans l’ombre
Ronds ronds
Impatients
De le revoir
A la lumière du soleil couchant
Qui ensanglante
Tout
Le cardinal détesté
L'amour des chats
Dans le ronron
Réparateur
De mon poème

Richelieu !

lundi 9 novembre 2015

A la Saint-Martin...

A la Saint -Martin
L' Été
 De nouveau
Étend son manteau pourpre

A la Saint -Martin...

Tout sourit
Tout festoie
Tout flambe

Tout invite au plaisir...

A la Saint-Martin...

 Et à midi
L'on prie
Plein d'espérance
-Bonhomme Hiver
Reste
Chez toi
Bonhomme
Avec neige
Et luges
Et Sainte Lucie !-
Et l'on chante
Sous les tonnelles
Pas encore défraichies 
Avec entrain
Reste Bel Été 
...
A la Saint-Martin...

Nous ne voulons pas de toi
Carnaval
Pas maintenant
Pas encore
Les lampions s'alignent mornes
Les bougies restent veuves..
Pour l'heure
Qu'une lumière
Le soleil
La  lumière de la Saint- Martin

A la Saint-Martin...

Mais las
A la Saint-Martin
 La pierre est froide
A 16 heures
Le soleil s'éteint
Le bel Été  se meurt
Et nous  le veillons
Tristes
Mélancoliques

Au coucher de soleil

Tout pleure

Le bel Été est mort 

 A la Saint-Martin...

Ce soir

Les lampions 
Chauds
Grésillent


Comme chaque année

La cire  vive coule

Sur les doigts des enfants....




Et

Avec la nuit
Revient
L'espérance
Avec les étoiles
Et les chansons

Le bel Été reviendra
L'amandier refleurira 



Le compte à rebours
Commence....

Alors rions et chantons et dansons
Dans le froid de la nuit

Oublions la tristesse


rabimmel, rabammel, rabumm....

A la Saint-Martin...







mercredi 4 novembre 2015

Macaron

Macaron, mignon macaron

Mignon

Macaron, macaron

Mignon

Macaron

Mignon,  mignon

 Macaron

 Mignon, Macaron mignon

Tiens bon

Sur mon nez

Macaron!

Tout compte fait



Ah

Malgracieux  Poète

Assez de te voir

Pleurer

Je m’en vais

M’a dit
Ce matin
Le dieu blond
M’a dit
Ce matin
Apollon !

Et

Il est parti

Le vilain

Avec cygnes et char

Et

Il s’est envolé

Vers d’autres cieux

Vers d’autres kébabs

Vers l’Olympe ou le Mont Parnasse

Mon dieu nabab


Mon dieu Apollon !


---------------------------------------------------

Et ce matin

Je sors

Une bouteille de champagne

Du frigidaire

A partir de maintenant

Je ris

Plus de tension

Plus de pression

Plus de poésie

Plus d’insomnie

Plus d’aube maltraitée

Plus de larmes atterrées


Je suis libre

J’ai 13 de tension

Je suis libéré

Tout compte fait

Je fête cela….


Bonheur !

---------------------------------------

Coucou Poète

Me revoilà

Me dit

Une voix familière

Me dit Apollon

Tout compte fait

Je reviens

Me dit mon dieu blond

Chic une flute

Que fêtes-tu donc

Mon  Poète ?


J’avais des remords

Je suis revenu

Souris donc

De nouveau

Poète !


--------------------------------------------------------

Malheur ! ....


Bah 

 Tout compte fait !
 

lundi 2 novembre 2015

Sur le Mont Boron !

 Automne

Brouillards
Sur le Mont Boron
 Traînent....

Sur le Mont Boron


Brouillent
Ach/Art
Traînes...


Mes larmes


Sur le Mont Boron !

Avenue de Fabron

 Avenue de Fabron

Sous le tunnel
 Voitures
 Feu rouge
 Mendiant
 Sur sa sacoche
 Deux oranges

Orange


Feu vert....

dimanche 1 novembre 2015

Jamais

Ils peuvent tout

Tout

Détruire
 Massacrer
Tuer
Crucifier


 Tout


Mais

Jamais

Jamais ils n'empêcheront




L'amandier



 De refleurir!