mardi 2 décembre 2014

Alexandre Junca…





J’ai refermé le livre de DOSTOIEVSKI

Maudits   Karamazov

Et je me suis dit

Tout cela est bien beau

Tu écris bien Dostoïevski

certes

Mais que dire à des parents

Qui réclament des comptes au destin

Que dire tout simplement

S’il était vivant

A lui

A  Alexandre Junca !



Divine Providence

Volonté divine

Destin..

Que les mots sont vains

Et nous ne comprenons rien

Et nous sommes en face de notre peine

Et il nous reste que des larmes et du chagrin

Et à déplorer

frères humains

La tragédie

Le destin d’ Alexandre Junca !



Les crimes au sol croassent  souvent  impunis

Et quel châtiment est assez grand du reste ?

  -une guillotine  ou l’enfer n’y suffisent pas…

Et quel plaisir il en tirerait

Des souffrances de ses bourreaux ?

Et en fait le Paradis nous importe peu...

Il était mieux vivant

Alexandre Junca !


Alors 

il ne nous reste qu’à expier ou à pleurer ou à chercher

En vain

Des explications qui n’en valent pas la peine

Dans notre chemin

Nous sommes bien seuls

Dans notre foi ou notre haine de Dieu


peu importe

aidons-nous à porter le fardeau

servons les autres pour nous sauver

 pour  Alexandre Junca…


Mon interprétation  n'est pas assez orthodoxe -je le crains !

DOSTOIEVSKI   je te trahis lecteur !

Je rouvre le livre de mes 17 ans pour ne pas pleurer plus !

 Maudits Karamazov !

Alexandre Junca!

1 commentaire:

  1. Je composais Alexandre Junca

    sur

    Sæglópur

    de Sigur ROS




    http://youtu.be/KXajba0vWBY



    via @YouTube @adriendlpbr @aubreefranck @olibvierstroh

    RépondreSupprimer