mardi 25 novembre 2014

Charles SAINTE-BEUVE !



Dans trois siècles

gentil Sainte-Beuve

la Postérité
te tirera la langue

pauvre critique

et tu erreras
ta couronne  de laurier
flétrie

et tu maudiras le sort

Critique déchu

comme

De Voltaire

dont
les tragédies et les poésies
sont méconnues
aujourd'hui

malheureux seigneur de Ferney!

Et

tes Lundis
tu ne mangeras plus gras

et
tu seras
aussi maigre
qu'un joli révolté  de 1848

et tu sangloteras

plus de bombance
Second Empire!

Et

les auteurs que tu as
vilement
pourfendus

méchant Zemmour du XIXième siècle

te poursuivront
pour
t'infliger
de bons coups de bâton

et
tes secrétaires

Octave Lacroix
Jules Levallois
Jules Troubat

voudront
te faire
 boire
te faire
avaler
l'encre pourpre
de
leurs
écrits

pour tous tes caprices

et
 même
Victor Hugo
mari
ami
trompé

S’élancera
au Paradis
  
à      ta recherche

voudra
 
te
talocher


  mauvais quart d'heure!

Mais

gentil Sainte-Beuve

comme Lamartine
protégeant le drapeau tricolore
       
        alors

je haranguerais
la foule des mécontents

et je te défendrais

même si tu faisais partie de la gente critique

et je m'interposerais


et je leur dirais!

Ah
     
ne touchez pas à  cet homme

il mérite votre considération

pour son œuvre
agenouillez-vous

rien que pour sa création
il a droit à  notre respect

et la Postérité
le retient

Et nos enfants

Le retiennent

En ce moment

au XXIVième  siècle


Éternel  Poète

pour ses vers

scandez les
avec moi….








« Il y faudrait de la musique de Gluck!
Laissez-moi ! Tout a fui. Le printemps recommence ;
L'été s'anime, et le désir a lui ;
Les sillons et les cœurs agitent leur semence.
Laissez-moi ! Tout a fui.

Laissez-moi ! dans nos champs, les roches solitaires,
Les bois épais appellent mon ennui.
Je veux, au bord des lacs, méditer leurs mystères,
Et comment tout m'a fui.

Laissez-moi m'égarer aux foules de la ville ;
J'aime ce peuple et son bruit réjoui ;
Il double la tristesse à ce cœur qui s'exile,
Et pour qui tout a fui.

Laissez-moi ! midi règne, et le soleil sans voiles
Fait un désert à mon oeil ébloui.
Laissez-moi ! c'est le soir, et l'heure des étoiles
Qu'espérer ? Tout a fui.

Oh ! Laissez-moi, sans trêve, écouter ma blessure,
Aimer mon mal et ne vouloir que lui.
Celle en qui je croyais, Celle qui m'était sûre...
Laissez-moi ! Tout a fui ! »


Et tous
s'inclineront

et chanteront
avec moi

ses louanges….

et je sourirais
de la farce du destin


Poète réhabilité


Charles SAINTE-BEUVE !

1 commentaire:

  1. Charles SAINTE-BEUVE

    Son œuvre

    http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/charles_sainte_beuve

    Il y faudrait de la musique de Gluck!


    Il /il_y_faudrait_de_la_musique_de_gluck.html

    RépondreSupprimer