vendredi 28 juin 2013

moi je les entretiens tous les jours les jardins d'Adonis!

Ah

ma jolie

tu m'a montré

ma chérie

désespérée

ce matin

étiolée

tes fleurs montées trop vite

tachées de sang rouge

tes adonis
gelés

par une bise de Mars
trop aimante
reine des Neiges

une nouvelle fois!

Ah

ma jolie

tu versais tant de larmes

ma chérie

tu criais tant

"Adonis est mort!"

que je m'en suis alarmé

gentil amant

une nouvelle fois


et alors

en vain
je t'ai consolée

en vain
je t'ai serrée dans les bras

en vain
je t'ai morigénée


en vain
je t'ai secouée!

O

ma jolie

tu ne te dominais plus

ma chérie

tu hurlais

tu versais tant de larmes

que

je me suis alors décidé à me taire

et
amant

patient
j'ai attendu la fin de ton chagrin
compatissant!

Ah

je sais

ma chérie

chaque année

tu fêtes la mort d'Adonis
avec ponctualité

ma jolie

mais tu accomplis ce rituel avec tant d'amour
que j'en suis jaloux
pendant cette semaine de déploraison

j'en ai honte

ma jolie

de cet Adonis
de ce joli bellâtre qui fascine déesse et mortelles
de ce papillon trop beau cloué par les Parques

ma chérie

mais tu accomplis cette religion avec tant de ferveur
que j'en suis craintif

que j'en ai peur
de cette tristesse

fleur poison noir Aphrodite!

Heureusement

tout a une fin

ma jolie

tu cesses de larmoyer

ma chérie

un matin d'Avril

les Adonies sont closes

et tu reviens

printanière

encore plus aimante
encore plus câline

et comme tu l'oublies vite
cet amant divin
qui t'a fait pleurer
cet Adonis
avec moi

et j'en ris
amant

mais

j'en pleure
Poète!

Ah

je ne te le dirai jamais
mon secret

ma jolie

le reste de l'année
je larmoie mon chagrin

lentement

pour Adonis

en rimes
en vers

silencieusement

ma chérie

et

Apollon et Aphrodite

m'accompagnent
et me soufflent

cette poésie mélancolie

pauvre Adonis!



Ah

ma chérie

souvent

j'envie ton amnésie
le reste de l'année

parfois

je t'en veux

même

ma jolie

de ton indifférence
en dehors des Fêtes de la mort d'Adonis

moi je les entretiens tous les jours
les jardins d'Adonis!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire