lundi 13 novembre 2017

La Genèse de Robert Baden-Powell



Le lion soleil ce matin dissipe à peine les moutons qui trainaient dans le ciel de Chasterhouse.

Dans une salle enmauvée par l’aube naissante tout est quiet.

Tout est quiet sauf….

Beaucoup de mots en anglais viennent de l’ancien français ou du normand.

Je vais vous en citer plusieurs…

Ainsi le mot budget….

Dans la salle d’école tous les élèves écoutent l’enseignant magistralement officier… tous avec crainte sauf un.

Tous  avec crainte sauf un.

Un qui s’endort imperceptiblement à chaque début de phrase et se réveille en sursaut  à chaque fin de phrase.

Ce manège cependant indispose à la longue le professeur qui brusquement tance l’élève récalcitrant à ses leçons.

Hé vous là bas l’embrumé !  Oui vous là bas. Vous qui êtes pour une fois avec nous.  Pour une fois que vous n’êtes pas absent de nous.  Toujours dans la forêt ou dans le rêve. Citez moi donc Robert un mot anglais qui vient de l’ancien français.

L’enfant lève le sourcil droit. Il le sent, la punition ne va pas tarder si…

De longues secondes s’écoulent…

Le maitre caresse sa canne.

Alors ?

La fenêtre ouverte brusquement  par le vent d’ouest laisse passer une odeur de feu de bois, de feuilles mortes et de fleurs naissantes.

Alors sans s’y attendre,  sans se laisser démonter, guidé par le vent qui lui souffle la réponse, le garçon ébouriffé,  spontanément, le plus naturellement laisse tomber

- Le mot scout.

Et alors ?

- Le mot scout vient de l’ancien français escout ou escoute.

 Écouter, être au guet…


Décontenancé le professeur sursaute.

Bonne réponse Robert. 


Tu m’étonnes qu’il a bien répondu Robert Baden-Powell ce matin là.

De concert

J'aime ce point de l'aube                                                    J'aime ce point de l'aube
      Quand la lune s'évanouit                                  Dans les orangers       
 Dans les citronniers                                                    Quand le soleil s'épanouit

Lentement                                                                          En remontant la pente de Colomars                       En descendant                          Lentement


                                                  l'avenue Bieckert


  Lentement 
De concert 
Lentement 
 Deux concerts

De concert!

Mirage

Roland Garros 
Stanislas 
Rêverie 
Petit Palais 

Mirage 

 Je descends 
Sage 
 L'avenue Emile Bieckert  


Mirage 


 A Terre 
Citron 
Aube
 Dissipé



 Mirage

vendredi 10 novembre 2017

Cirque astrologique



Bélier

Les paupières lourdes
Jedi en détresse
Je me réveille
Péniblement…

A l’aube
Le soleil se lève
Déjà
Joli Aldébaran
La lune fuit
Ce matin
Je fonce
Pourtant

Taureau...

Entre le lait et le café
Querelleurs

Gémeaux

Mon bol hésite...

La radio

Cancer

Me délivre
Des mauvaises nouvelles

Le lit on

Dort
J’y ai envie d’y retourner...

Le jus d’orange
Ruisselle
Dans mon verre
Candide
Non aujourd’hui
Je vais dire

Vierge

Pour amuser Fabrice....

Vais-je me peser
Après trois biscottes
Et de la confiture?

Scorpion

Mon poids
Me préoccupe
Trop
Et j’ai bien tort...

Sagittaire

Sans arc
J’erre à la recherche
De mes chaussures
D’abord
Et de mes clefs
Ensuite
Cachées
Dans la poussière et les

Capricornes.


Vais-je quand même me peser ?


Et je

Verse eau

Force eau
Pour me laver
Et me raser
Pendant que Snyfe chasse
Les

Poissons


Dans la baignoire
Vide…

Vais-je me peser ?

Mes médicaments contre la tension
D’abord
Ne pas les oublier
Et ensuite la corvée…

L’aiguille  rouge tremble dangereusement...

Maudite


Balance

Je dis...


Ah le cirque astrologique du matin... 

jeudi 9 novembre 2017

oranje

Courtise-moi
 Dit la foule

Étonne-moi
 Disent les Lettrés

Dis-moi
 la Vérité
Dit le Roi!


Et le Poète

A l'azur contemplait


Ses doigts


Oranje!

lundi 6 novembre 2017

Ce matin Nald Sur ta tombe J’ai déposé Nald Un fruit Une grenade Sur ta tombe Nald Une grenade A peine pourpre…



Ce matin
Nald
Sur ta tombe
J’ai déposé
Nald
Un fruit
Une grenade
Sur ta tombe
Nald
Une grenade
A peine pourpre…

Et ce matin
Le métronome ne cessait pas
Nald
De résonner
Nald
Dans ma tête
Nald
Austère cimetière de Nice Ouest!

Ce matin
Nald
Sur ta tombe
J’ai déposé
Nald
Un fruit
Une grenade
Sur ta tombe
Nald
Une grenade
A peine pourpre…


Et ce matin
Nald
Les avions pointaient leur nez candide
Nald
Insensibles à ma tristesse
Vers le  soleil
Cruel ciel de Californie!

Ce matin
Nald
Sur ta tombe
J’ai déposé
Nald
Un fruit
Une grenade
Sur ta tombe
Nald
Une grenade
A peine pourpre…

Et ce matin
Le ciel bleu me semblait
Nald
Chaque seconde
Nald
Encore plus écœurant
Ce bleu poisseux
Sans nuages
Nald
Ce bleu de Nice.


Ce matin
Nald
Sur ta tombe
J’ai déposé
Nald
Un fruit
Une grenade
Sur ta tombe
Nald
Une grenade
A peine pourpre…

Et ce matin
Nald
Mon fruit vert
Me semblait
Nald
Ce matin
Ma grenade
A peine pourpre
Bien dérisoire
A Nice…

Ce matin
Nald
Sur ta tombe
J’ai déposé
Nald
Un fruit
Une grenade
Sur ta tombe
Nald
Une grenade
A peine pourpre…

Et ce midi
J’ai pensé
Nald
Ma grenade va murir
Nald
Ma grenade
Au soleil
Nald
Au ciel bleu
Sur  ta tombe
Et tu ne seras pas là pour la manger
Nald
Avec moi
Et tu ne seras plus là pour l’attendre
Murir
Nald
Avec moi
Ai-je pensé à l’aurore
 Plus de Villefranche
Ni de Villa Arson
Tout cela est parti
Nald
Avec le vent de l’est
A Nice
Nald
Elle restera toujours acide
Ma grenade
Nald
Même murie
Même rouge de soleil de Nice
Même pourpre
Nald.


Ce matin
Nald
Sur ta tombe
J’ai déposé
Nald
Un fruit
Une grenade
Sur ta tombe
Nald
Une grenade
A peine pourpre…