dimanche 25 septembre 2016

Thomas HOBBES




Une  baleine a échoué ce matin
Sur les côtes
 Et toute la ville de Malmesbury en glose
Ce matin
Et le maitre d’école a dit ce matin
Ce matin allons sur la plage
Sortons
Faire une étude de choses
Thomas sors de tes livres de grec
Ce matin
Assez de Médée et d’Euripide
Et le maitre d’école mène les enfants sur la plage peuplée
De badauds et de soldats
Aux lances brillantes au soleil de juin
Au soleil de midi.

Et le maître d’école contemple le monstre échoué
Joyeux
Et dit aux enfants dégoutés
Par la puanteur du mammifère mort
Enfants  pesez, mesurez, jugez la baleine
Examinez-la
Mais ne l’abimez pas
Elle est propriété
Du Souverain
Dorénavant
Thomas
Sors de  ta bible
Et ne me sors pas le Léviathan
Maintenant
Il n'y a pas que le Livre de Job dans le monde
Ce n’est pas un monstre de Dieu
Enfants
Regardez la créature éventrée
Le moindre de ses petits muscles
Fait vivre la bête
Examinez la construction des nerfs
Regardez le Tout et le Moindre et admirez…

Mais Thomas n’obéissait
Et interdit
Savourait  encore plus le texte du Léviathan
En cachette
Pendant que son maître discourait...

Le Souverain des mers lui plaisait déjà
Chasser le monstre plus grand
Être capitaine
S’embarquer dans l’aventure
Le Souverain des mers lui plaisait déjà
Déjà
Il aimait déjà  l’idée de  poursuivre le Léviathan
Pas que dans le Livre de Job
Pendant toute sa vie
Thomas en savourait l’idée
Ce soir
Et il se promettait
En son honneur
D’en faire sa vie, une Poésie ou un roman ou une tragédie ou un….

Petit Thomas Hobbes déjà dort adulte…

mardi 20 septembre 2016

Platon



Ah
Dit le jeune homme exténué, à Delphes arrivé,
  Je vais  me consacrer  à toi Apollon, devenir Poète
Dit le jeune homme exténué, à Delphes arrivé,
Me dévouer à  toi Apollon, devenir Poète 
 Dit le jeune homme exténué, à Delphes arrivé !

Las
Jeune homme étourdi, à Delphes arrivé
Répondit le Prêtre embarrassé 
Las
Nous sommes en hiver
Jeune homme étourdi,  à Delphes arrivé
Seul le temple de Dionysos est ouvert
Sur le Mont Parnasse
 Nous sommes en hiver 
Apollon se repose
Mais tant pis
Jeune homme étourdi,  à Delphes arrivé
Attends
Le temps de l’hiver est  bientôt fini
Reste ici
Jeune homme étourdi,  à Delphes arrivé
Le temps des amandiers fleuris approche
Vaque
Jusqu’à l’Épiphanie !

Le jeune homme, de dépit, en fit tomber la lyre
Déjà en quatorze morceaux brisée
Tant pis pour toi Apollon
Le jeune homme, de dépit, en balança ses boucles brunes
Je me dévoue à toi seul Dionysos
Dit-il en sacrifiant au dieu de l’ivresse
Un bouc
Je ne vais passer mon temps qu’à la boisson, aux jeunes hommes  et à la vie
Dorénavant
Dit le jeune homme de dépit, de  Delphes parti,
Je ne vais passer mon temps qu’à la Sagesse
Apollon je te chasse de ma Cité
Socrate j’arrive !

Et alors sa chevelure brune devint blanche comme neige…J'en atteste Apollon pour Platon   !

jeudi 15 septembre 2016

Ma dame Réglisse



Ebène
La jolie dame
Déroule
Pour moi
Ses charmes
Plastiques
Et j’aimerais tant y gouter…
Et ses lacets magiques
M’enchantent
Me capturent l’âme
Et me disent
Poète
N’hésite plus
Croque-moi
Mon ami
Cesse tes vers
Une nouvelle fois
Embrasse-moi
Cesse de saliver
Ne bave pas
Plus de poèmes abscons
Croque-moi…

Mais las
Ébène
Ma Jolie Dame
Je suis obligé de m’écarter de toi
Tu m’es poison
A te gouter
A chaque fois mon cœur défaille
Je m’écarte de toi
J’en pleure
Quand je passe devant toi
Dans le magasin
Tu es maléfique et pourtant je t’aime tant
Tant pis
Je te prends…
Je te déballe
Dans la rue
Et mon cœur s’emballe déjà
Le long du chemin
Me priver de toi
J’en pleure
Pas possible..
Et je vais encore  dérouler
Ton corps latex
Malgré les interdits
Te dévorer
Avant d’arriver chez moi
Je défaille
Toujours
Pour toi
J’ai bien tort
De me mettre ainsi
Dans cet émoi
Maudit Apollon
Lui aussi il t’aime
Et j’en salive encore plus
A t’imaginer
Je bave pour toi
Heureusement
Pour la Faculté
Qu’en vers
C’est mieux pour ma santé

Las, las, las

Ma dame Réglisse !

mercredi 7 septembre 2016

Toc toc toc !



A la pleine lune ou au soleil de midi
Au gouter ou au souper
Aux coups sur la porte
Je sais
IL vient
Je sens
IL arrive
J’écoute son pas lourd
IL est là
Devant ma porte
Le terrible dieu
Le dieu blond
Le dieu Apollon
Pour solliciter l’hospitalité
Pour quémander mon hospitalité.

Toc toc toc…

Et je vais devoir le recevoir
Au coin du feu
Joyeux
Lui offrir châtaignes et vin rouge
Gracieux
Et canard à l’orange et champagne
Classieux
Ou sanglier et venaison
Et vin de Corbière
Aux cieux
Il est connu pour cela
Il adore les glaces à la fraise
Le  terrible dieu est gourmand
Le dieu blond est gourmet

Toc toc toc…

Et je vais devoir
Avec lui
Composer
Mes odes
Lui proposer
Mes vers ou mes quatrains
Il va la plupart du temps sourire ou parfois ne rien dire
Ou souvent hocher la tête mélancoliquement
Ou me regarder en colère quelques fois
Apollon  parle peu
Le  terrible dieu est laconique
Le dieu blond est dieu de Sparte

Toc toc toc…

Oh jamais je ne lui ai refusé mon hospitalité
Cela ne se fait pas
Il me connait
C’est mon devoir
Il le sait bien
Mon ennemi a tous les droits
Quand il se réfugie chez moi
Mais parfois j’imagine
Si je ne lui ouvrais pas cette fois ci
La porte
Si je ne lui ouvrais pas cette fois là
Je serais tranquille
Je serais si tranquille
Le  terrible dieu  à la porte
Le dieu blond  à ma porte


Toc toc toc…

Mais c’est un ami aussi
A chaque fois
Quand il part
Et qu’il me dit
A chaque fois
 Au revoir
Je suis content de l’avoir reçu
Chez moi
Le  terrible dieu  de la Poésie
Le dieu blond  poétique

 Toc toc toc…

Le devoir d'hospitalité a du bon 
Je me dis à la fin du poème
 Toc toc toc…
Qu'il m'a inspiré aujourd'hui
Je ne devrais pas l'avouer
Mais déjà
Je l'attends déjà
Demain
Le terrible dieu
Le dieu blond
Le dieu Apollon
Déjà
J'attends déjà
Demain
Son  prochain


Toc toc toc !

vendredi 2 septembre 2016

Raspoutine !



Il ne l’avait pas senti ni prédit…

Il s’était installé dans cette famille
Certainement un bon nid
Avait pensé le parasite
Le petit est malade
Profitons-en
La mère trop superstitieuse
 Profitons-en
Le père trop faible
 Profitons-en
Avait calculé le coucou malin…

Il ne l’avait pas senti ni prédit

Et l'homme de Dieu leur avait dit
Si je meurs, vous mourrez tous
Ne narguez pas le Ciel
En se signant
Plusieurs fois
Vous verrez…

Il ne l’avait pas senti ni prédit

Mais las depuis
Cette phrase prononcée
Le charlatan est pris à son propre piège
Le papillon se débat en vain…

Il ne l’avait pas senti ni prédit

Chacune de ses interventions
Guérit l’enfant
Chacune de ses prières revigore la mère
Chacun de ses prônes soutient le père…

Il ne l’avait pas senti ni prédit

Et chacune de ses nuits
Est hanté d’horribles cauchemars
La Mort plane sur la Sainte Russie
Dieu n’écoutera plus les prières
Ni n' agréera plus  l’encens qui monte au ciel
Son courroux va tomber

Il ne l’avait pas senti ni prédit

Et plus le starets s’attache à eux et plus la malédiction est proche
Et plus il les aime plus il se déteste
Quand il se regarde dans le miroir
Il s’est maudit avec eux
Il partira avant eux
Les Romanov
Il le sait
Ils partiront
Après lui
C’est irrémédiable
Il a provoqué le Ciel
Il  les a condamnés
Et il s’est condamné
Bientôt la Mort 
Pour eux
Pour lui
Et  à  l'aube  il en pleure
 Toutes ses larmes
Encore

L'épée de Damoclès va tomber


Raspoutine !

jeudi 1 septembre 2016

Pardon Apollon !



Sous un laurier
Les feuilles jaunissent
Le long de l’année…

Mâche les  cru Poète
M’ordonne Apollon
Et sèche les dans la main
Et éparpille-les  
Dans tes vers
Presse-toi !

Le fils de Latone
Aime les lactones…

Bof  moi j’aime mieux
Ma couronne de laurier
Toute verte
Cuite
Dans mon turbot
Pardon Apollon !